Consultations de pages de la semaine précédente

mardi 12 février 2013

POINT SUR LES CONGES



Ce matin avait lieu une réunion avec les délégués du personnel et la Direction avec pour ordre du jour :

- Organisation des congés 2013 et prise des congés par anticipation.

En début de séance, la Direction a proposé de fermer complètement l’entreprise du 6 au 10 Mai 2013. FO s’est opposé à cette proposition car nous ne souhaitons pas que soit imposé aux salariés quoi que ce soit et surtout, tout le monde n’a pas des congés d’avance !!!

La Direction a finalement décidé unilatéralement de fermer le 10 Mai l’entreprise !!!(Donc pas de salaire pour les intérimaires pour cette journée là)
Pour les congés 2012, la Direction oblige les salariés à les solder au 31 Mai 2013.
Par contre, pour les CP 2013, celle-ci autorise les salariés à les anticiper mais sous certaines conditions (pas trop de personnes en même temps, que les ateliers continuent de fonctionner etc..), bref qu’Honeywell soit gagnant sur toute la ligne !!!!

FO s’est abstenu sur cette proposition car nous sommes conscients que certains salariés auront besoin de ces congés pour faire avancer voir finaliser leur projet mais nous craignons que d’autres qui sont suivis pour leur fragilité psychologique soient tentés de prendre des congés et se retrouvent seuls sans soutien !!!!!

La Direction a confirmé que Mr Spenninck reviendrait sur le site et nous proposons aux organisations syndicales de ne pas accepter d’être rencontrées individuellement mais seulement tous ensemble !!!!
FO annonce déjà que nous ne rencontrerons pas Mr Spenninck individuellement mais seulement qu’avec l’ensemble des syndicats !!!

FO profite de ce tract pour dénoncer une fois de plus l’attitude écœurante de la Direction en y associant toutes celles et ceux (et ils sont nombreux) qui ‘marchent’ et rendent encore des services à ceux qui nous foute dehors au détriment du collectif !!!!

Fait à Condé le 12 Février 2013

Le Syndicat Force Ouvrière

NOUVELLE PROVOCATION DE LA DIRECTION



Effectivement, le vendredi 8 Février avait lieu une réunion afin (normalement) de trouver un accord sur le paiement des cotisations salariales et patronales des points AGIRC et ARCCO pour les mois de salaires correspondant à la période du reclassement.

Ces points pour la retraite complémentaire ne concernent pas les deux mois de préavis mais les mois suivant pour celles et ceux qui adhèreront au reclassement.

La position des organisations syndicales était unanime : paiement de ces points aussi bien pour la partie patronale que salariale par la Direction car nous rappelons quand même qu’il s’agit bien d’un choix d’Honeywell de fermer la boutique et non des salariés.
La réponse de la Direction a été cinglante en annonçant qu’il n’y aurait aucune négociation et qu’Honeywell ne paierait rien du tout concernant les points de cotisation car elle estime que trop de personnes ne font plus rien !!!!!

Honeywell pousse même le vice d’annoncer en même temps la punition qu’elle inflige aux salariés, son souhait quand même que ceux-ci adhèrent au reclassement.
Si ça ce n’est pas de la provocation et de l’hypocrisie; sachant que si une personne prend le reclassement, la Direction ne paiera pas les points retraites complémentaires alors qu’en se le faisant payer (à 75%), là, la Direction n’aura pas le choix et paiera ses fameux points pour ceux qui auront une indemnité totale supérieur à 74064 € !!!!

Pour FO, il est clair qu’Honeywell ne souhaite que remettre une couche de stress supplémentaire sur des salariés qui n’ont pourtant pas besoin de ça car plus la date du 30 Juin approche et plus le stress de l’après Honeywell est palpable !!!

Nous enverrons ce tract aux élus et à la presse car il est inadmissible qu’Honeywell sanctionne des salariés qu’elle a délibérément décidé de foutre dehors et il faut qu’elle assume ses responsabilités et paie les points retraites aux salariés !!!
Le plus incroyable est qu’en même temps que la Direction annonce que trop de salariés ne font rien, les documents qu’elle devait nous remettre lors de cette réunion n’étaient même pas prêts !!!! Qui sont les joueurs de carte ?????
De plus, la Direction reproche qu’il y a encore trop de salariés (environ 70) a ne pas avoir été s’inscrire à l’ECM sauf que ces mêmes personnes de la Direction ne sont toujours pas inscrites à l’ECM !!!! Donc encore une belle démonstration de mauvaise foi et d’arrogance !!!

PS : nous sommes ok pour une réunion d’info aux salariés si vous le souhaitez pour avoir une explication plus affinée par rapport à votre cas personnel !!!

Le Syndicat Force Ouvrière
Fait à Condé le 12 Février 2013

Une convocation qui tourne encore à la provocation



Une deuxième réunion avait lieu ce jour, concernant un éventuel accord entre la direction et les organisations syndicales sur la possibilité de pouvoir cotiser aux caisses de retraites AGIRC et ARRCO pendant le congé de reclassement.

Les organisations syndicales ont eu une position commune qui été de demander que la direction prenne en charge l’intégralité des cotisations salariales et patronales.

La réponse de la direction à été claire : il est hors de question qu’HONEYWELL prenne en charge les cotisations salariales et même la part patronale. Quand on demande quelque chose il faut être prêt à donner.

Pas de Plaquettes, Pas de retraite ! Ou
Pas de retraite, pas de plaquettes ?

Pour la CGT cela a eu le mérite d’être clair, Honeywell veut une fois de plus sanctionner le personnel en le pénalisant sur ses futurs points retraite.

Lors de cette réunion la direction devait nous fournir les documents pour les NAO mais ils n’étaient pas prêts.


La CGT le 08/02/2013

Note d’Information au Personnel



Confrontés à une triple problématique : volume des plaquettes « fin de vie » incontournable, lassitude entrainant un déclin productif et départs anticipés (38 à ce jour + 5 programmés à court terme), nous souhaitons faire appel à des intérimaires à concurrence du nombre de poste libérés dans la phase actuelle de volontariat du PSE.

Nous avons bien entendu le message relayé par différents canaux dont celui de vos représentants : « Priorité au Reclassement ».
L’appel à des intérimaires en nombre limité, complété le cas échéant, après consultation des Délégués, par un accès à la prise de congés 2013 par anticipation, nous semble créer les conditions d’un climat plus serein permettant à la fois l’achèvement des derniers objectifs industriels et une utilisation plus intense des services de l’ECM.

Le recours à ces intérimaires sera mesuré (de six à moins d’une vingtaine en fonction des départs volontaires) et progressif (entre maintenant et la fin du mois de mars).

Cette mesure ne peut produire ses effets et concourir à un certain apaisement des tensions générées par l’échéance de plus en plus proche de l’arrêt des activités industrielles du site à fin juin qu’à la double condition impérative :

-que les intérimaires nous rejoignant puissent être correctement formés par leurs nouveaux collègues
-que ces intérimaires, une fois formés, puissent travailler sans entrave et sans pression dissuasive.

Convaincue que cette solution transitoire peut s’avérer bénéfique pour tous, la Direction sera particulièrement vigilante sur le respect absolu de ces deux conditions.

Ce projet a été présenté au Comité d’Entreprise lors de sa réunion extraordinaire qui s’est tenue le 5 février. Nous avons sincèrement regretté qu’une des organisations syndicales n’ait pas jugé bon de participer à nos débats. Nous espérons qu’elle comprendra les raisons qui conduisent à cette mesure, rappelées dans cette note.
Consulté sur ce projet, le CE a émis une abstention et un vote défavorable.

Nous informons également la DIRECCTE de ce projet que nous souhaitons mettre en oeuvre sans délai.

Les membres des familles de nos collaborateurs auront un accès non exclusif à ces postes d’intérimaires, le seul véritable critère de sélection étant les compétences et le désir de s’impliquer.

La Direction
Ce matin les Organisations Syndicales (OS) ont rencontré la Direction au sujet du financement des cotisations retraite pendant le Congé de Reclassement .

A moins d’un accord, durant le Congé de Reclassement, les mois sont validés (comptabilisés pour le calcul des trimestres) mais non cotisés (pas de points pour le calcul du montant de la retraite complémentaire).

La Direction refuse de prendre en charge l’ensemble des cotisations, tel que demandé par l’ensemble des Organisations Syndicales, ni même uniquement la part patronale. Sans un accord entre OS et Direction, les salariés n’ont pas la possibilité de prendre en charge la totalité de ces cotisations.

Une nouvelle fois la Direction sanctionne l’ensemble des salariés : elle met en avant le niveau de production actuel, qui n’incite pas Honeywell à faire des efforts.

Les documents NAO devaient nous être remis à l’occasion de cette réunion, mais ils n’étaient pas prêts.

La CFE CGC

COMMUNICATION MENSONGERE D’HONEYWELL

COMMUNICATION MENSONGERE D’HONEYWELL

Une réunion extraordinaire aura lieu le 5 Février 2013 à la demande de la Direction avec pour objet :
-Information - Consultation sur un projet de recours à du Personnel Intérimaire.
-Information sur les congés : Prise de congé par anticipation.

FO trouve lamentable le déroulé des évènements et surtout la communication faite par Honeywell.
Effectivement, dans les documents fournis par la Direction et qui bien évidement seront présentés aux salariés, celle-ci n’hésite pas à dire que le sujet sur la prise d’intérimaires a été évoqué et acté lors de la rencontre des syndicats avec le DRH France quand il est venu le 24 Janvier 2013 !!!

Le problème est que ces sujets ont été évoqués par Mr Spenninck et seulement par lui mais surtout pas actés ni par lui ni surtout par FO !!!

FO lui a proposé d’autres solutions qui comme par hasard n’ont pas été retenues
- Possibilité de capitaliser les congés (2012) pour se les faire payer si un salarié le souhaite.
- Payer les salariés volontaires chez eux afin de s’occuper de l’après Honeywell, car nous avons expliqué que pour une personne en équipe qui se lève à 4h et qui rentre chez elle à 15h, avec l’occupation des enfants et de la maison, elle n’a pas le temps de s’occuper correctement de son reclassement.

Et enfin le pire, nous avions surtout demandé à Mr Spenninck que la Direction ne fasse rien avant que celui-ci ne revienne mi Février afin de ne pas trahir le personnel : ce qu’il avait trouvé normal à ce moment là !!!

On peut voir une fois de plus qu’Honeywell ne fait et propose que ce qui l’arrange sans se préoccuper du souhait et de l’avenir des salariés.

Par conséquent, FO ne participera pas à cette réunion car nous ne cautionnerons pas de tels agissements fondés sur des propos mensongers comme écrit par Honeywell.

Le plus lamentable est que le point sur les congés a déjà été évoqué avec les délégués du personnel (comme le prévoit le code du travail) mais toujours refusé par la Direction en réunion ; ce qui prouve bien que si cela intéresse maintenant Honeywell, ce n’est pas pour nous rendre service mais bien pour faire plaisir à Honeywell !!!
Le Syndicat Force Ouvrière

Fait à Condé le 1 Février 2013

dimanche 20 janvier 2013

Amiante : l'instruction de la juge Bertella-Geffroy suspendue

http://www.rtl.fr/actualites/info/politique/article/amiante-l-instruction-de-la-juge-bertella-geffroy-suspendue-7757073950

UNE EPOPEE A PARIS !



Environ 150 personnes ont fait le déplacement à PARIS : salariés, conjoints (et même enfant), anciens salariés, représentants de la municipalité et Condéens solidaires.

A TOURRET député du calvados, Y GOASDOUE député de l’Orne et P ALLIZARD Maire de Condé et les représentants des syndicats ont été reçus au Ministère du travail Lionel de TAILLAC : Conseiller inspection du travail, santé, sécurité et qualité de vie au travail et Xavier GEOFFROY Conseiller parlementaire.
Tour à tour chaque participant à pu s’exprimer et ajouter certaines pièces au dossier déjà conséquent : le tableau récapitulant le nombre de déclarations Amiante de 2001 à 2012 soit 353 personnes, le dossier de l’intérimaire reconnue au tableau 30 au titre des risques professionnels, les schémas récapitulatifs des présences amiante sur le site…

Les deux conseillers ont pris beaucoup de notes et nous ont écoutés attentivement, ils vont etudier tous les nouveaux éléments

Outre l’aspect financier un point majeur s’oppose à la reconnaissance du site : « une difficulté juridique majeure », l’arrêté de 1998 ne reconnaît que les sites de fabrication de flocage et de calorifugeage et depuis 1997 nous ne fabriquons plus de produits contenant de l’amiante mais nous travaillons dans un site contenant de l’amiante !

Les conseillers vont recevoir,à la demande de L de Taillac, Mr Boury et une autre personne de Honeywell cette semaine pour entendre les arguments de la partie adverse.

Ils devront ensuite convaincre le ministre du travail M SAPIN et ceux des affaires sociales et du budget.

Nous sommes un petit peu plus confiants sur l’issue de ce dossier mais le combat risque d’être encore long

Merci aux personnes qui se sont déplacées, qui ont enduré un long voyage en car, des routes enneigées et une attente de trois heures dans le calme mais sous la pluie, le vent la neige.

Fait à Condé le 16 01 13
La CGT

Journal 19/20

Le déplacement à Paris a été l’occasion de soutenir les députés de l’Orne, du Calvados et le maire de Condé, accompagnés d’une délégation syndicale, reçus par le cabinet du ministre du travail.

Cette rencontre a permis de faire le point sur le dossier de classement du site comme exposant encore aujourd’hui ses salariés à l’amiante.

Les conseillers du Ministre ont déjà en leur possession un épais dossier, et cette réunion de travail a été fructueuse : chacun a pu s’exprimer, et contribuer à compléter et étayer le dossier et répondre aux questions posées par le ministère.

Nous avons été écoutés attentivement. Les conseillers vont maintenant étudier les nouveaux points abordés. Ils vont recevoir en fin de cette semaine M. Boury et une autre personne du Groupe Honeywell.

Ils défendront ensuite le dossier devant M. Sapin. Les ministres des affaires sociales et du budget devront alors se prononcer.

150 personnes ont fait le déplacement : salariés, conjoints, anciens salariés, représentants de la municipalité et Condéens solidaires.

Le froid, le vent et la neige n’ont pas entamé la détermination des manifestants et des journalistes, qui ont attendu la fin de la réunion dans le calme.

Nous ne pouvons pas prévoir quelle sera la suite. Cependant, les éléments apportés par chacun des participants a été de nature à faire évoluer favorablement l’avancement du dossier.



La CFE CGC

dimanche 13 janvier 2013

AMIANTE


Les salariés d'Honeywell (Condé/Noireau) à Paris, mardi, pour se faire entendre

Le mardi 15 janvier, les salariés de l'usine Honeywell de Condé-sur-Noireau, accompagnés d'une forte délégation d'élus, seront à Paris pour demander que leur exposition à l'amiante soit prise en compte jusqu'à la fermeture effective du site, le 30 juin 2013.
Une demande soutenue par une question écrite d'Alain Tourret, député du Calvados, au ministre du Travail en septembre dernier, relayée par une pétition, des dizaines de délibérations de conseils municipaux et communautaires du Calvados et de l'Orne et des motions du Conseil général du Calvados et du Conseil régional de Basse- Normandie.
Le rassemblement est prévu à 11 h 30 devant le ministère du Travail, rue de Grenelle, où une délégation de représentants des salariés et d'élus locaux, sera reçue. Alain Tourret et Yves Goasdoué, les députés des deux circonscriptions impactées par la fermeture d'Honeywell et concernées par le drame de l'amiante et Pascal Allizard, maire de Condé-sur-Noireau et viceprésident du Conseil général du Calvados, accueilleront les salariés Honeywell et les élus locaux. Ils accompageront ensuite la délégation reçue au ministère.

Des responsables nationaux des différentes organisations syndicales représentées dans l'établissement (FO, CGT, CFDT et CFE/CGC) seront également présents pour appuyer la démarche.
Les députés Alain Tourret et Yves Goasdoué comptent sur la présence d'autres parlementaires normands à leurs côtés rue de Grenelle pour soutenir cette démarche collective.

Rappel
Le groupe Honeywell fermera en juin 2013 son site de Condé-sur-Noireau (14), spécialisé dans les équipements de freinage. La délocalisation de la production en Roumanie se traduira par la disparition de 323 emplois.
L'amiante a constitué, jusqu'à l'interdiction de son utilisation, le principal matériau utilisé pour la fabrication des plaquettes de freinage produites dans cette usine normande. Ce qui a justifié en 1999, par arrêté ministériel, l'inscription de ce site de production sur la liste des établissements ouvrant droit au statut de travailleur de l'amiante et au dispositif de cessation anticipée d'activité (CAATA) prévu par la loi.

L'arrêté ministériel de 1999 est cependant restrictif puisqu'il s'applique aux salariés présents dans l'entreprise avant la date d'interdiction de l'amiante (1/01/1997).
Or, faute d'une décontamination et d'un dépoussiérage totals du site, les salariés de l'usine de Condé-sur-Noireau n'ont jamais cessé de travailler dans une atmosphère polluée par les fibres d'amiante.
Alain Tourret, député du Calvados et l'un des principaux artisans de la loi « amiante » du 29 décembre 1998 demande donc que l'arrêté de classement de 1999 soit révisé et que la date limite d'exposition à l'amiante repoussée au 30 juin 2013.
Tous les salariés présents sur le site depuis le 1er janvier 1997 pourraient ainsi bénéficier du dispositif de Cessation anticipée d'activité des travailleurs de l'amiante.
C'est une mesure de justice sociale, font valoir les élus, puisque l'exposition à l'amiante réduit l'espérance de vie des salariés de cette usine de la tristement célèbre « Vallée de la Mort ».

AU MOINS 150 A PARIS



FO tenait par ce tract informer que le déplacement à PARIS sera une réussite car 150 personnes feront l’effort de venir.

FO remercie ces personnes et tout particulièrement celles de l’extérieure qui viendront avec nous lors de ce déplacement.
Il est toujours temps de s’inscrire car nous arrêterons définitivement les inscriptions lundi à midi.

Bien évidement, nous aurions préférés être 250 inscrits Honeywell mais bon !! Nous ne referons pas l’histoire mais nous pensons qu’il est plus honorable de pouvoir dire ‘j’y étais’ que l’inverse.
FO espère que les 150 personnes seront rejoins par d’autres car plus nous serons nombreux et plus de chance nous aurons de nous faire entendre.

Le déroulement de la journée sera :
- Départ de l’usine à 5H45 impératif en direction du Ministère du Travail car nous devons être arrivés pour 11h maximum.
- Réception d’une délégation d’élus : Mrs Allizard, Tourret et Gouasdé ainsi que trois personnes représentants le personnel de Condé.
- Retour dès la fin de la réunion donc nous devrions être rentrés pour 19h.

Le Syndicat Force Ouvrière
Fait à Condé le 11 Janvier 2013

video journal 19/20

http://basse-normandie.france3.fr/2013/01/09/conde-sur-noireau-vaste-chantier-de-desamiantage-l-usine-honeywell-177653.html

jeudi 10 janvier 2013

Passage ce jour sur France 3 BN à 19h.
Une équipe doit nous suivre la journée du 15.
N'oubliez pas vos pancartes, banderoles et autres...

Il "neige" sur Honeywell !!!



Et oui depuis quelques jours, les pompes EDP aux Mélanges/FAT s'affolent. Depuis jeudi il y a en moyenne 4 prélèvements positifs par jour. Et ce jour, deux prélèvements avec pour l'un 3 fibres et l'autre 4!!!!.
La cause probable : la mise en place d'un échafaudage (dans le cadre de la mise en demeure) par la société de désamiantage qui doit décoller de l'amiante de la charpente.
Preuve de la contamination active depuis 1997 des salariés : des vibrations, des chocs dans la charpente, des fuites d'eau font se décoller des fibres d'amiante et nous les respirons quotidiennement!!!!
Alors pour la reconnaissance du site, il n'y a qu'une seule alternative : PARIS le 15 janvier 2013 !!!, nous préparons un dossier sur ces prélèvements qui sont la preuve de notre contamination quotidienne.

mercredi 9 janvier 2013

Appel à manifester



A l'appel des représentants du personnel, les salariés d’Honeywell Condé-sur-Noireau et tous ceux qui soutiennent les démarches entreprises pour obtenir de l'Etat l'extension du classement de site amianté au 30 juin 2013 sont invités à se mobiliser et à venir manifester devant l’Assemblée nationale à Paris, ce mardi 15 janvier 2013.

Des bus partiront de Condé-sur-Noireau vers 6 heures le matin, retour prévu vers 20 heures. Tous ceux qui souhaitent s'associer à ce mouvement sont les bienvenus et peuvent s'inscrire auprès d'Olivier GAUGAIN, responsable FO, (02 31 59 51 46) ou par MP via les pages Hmf Condé ou Olivier Gaugain) pour utiliser ces bus.

Cette mobilisation prolonge l'action menée via les motions votées par nos collectivités locales et la pétition transmises à Michel SAPIN, Ministre du Travail, au cours de l'automne dernier.

Je vous engage toutes et tous, notamment les élus locaux, les retraités, les citoyens, ... à apporter votre soutien à cette action, à la relayer autour de vous et à faire le déplacement avec nous à Paris (@niko vega, auteur et interprète de la chanson Boomerang sera présent) pour ce combat juste, à la fois pour les salariés d'Honeywell et pour notre territoire.

Participation au transport: 10 €

(Message repris de la page de Pascal Allizard)

mercredi 2 janvier 2013

compte rendu réunion de Biss Meeting friction à Glinde.


Etaient présents pour Honeywell, Bostel, Freneinstein,Pauleck ,Heller
Des représentants du personnel de Barcelone , Glinde ,Condé ,Allonne , Neunkirchen et personne pour Ploiesti .

La direction à dit que la productivité à Condé était faible, 35% par rapport à 2011 et Honeywell va perdre encore d’autres marchés
-qu’il n’y aura pas d‘autre transfert de machine et donc de production avant juin 2013, mais la planification est difficile à faire.
-que PSA sera sécurisé à partir de Mars par l’usine Roumaine de Ploiesti.

-ré industrialisation de Condé.
Les dirigeants ne connaissent pas la situation, ils confondent les personnes qui sont parties en départ anticipé avec la reindus, nous avons précisé que les postes ont été trouvés par les salariés eux même et que l’ECM en avait juste aidé pour certain.
Pour BPI, ils nous ont dit qu’ils cherchent des entreprises mais ils ne trouvent rien! Nous avons rappelé les engagements pris par Honeywell devant le ministre Besson.

Transfert de machine de Condé après Juin 2013: il y en aura, vers Barcelone et Glinde pour remplacer d’anciens équipements, rien vers la chine ou la Roumanie.

Ploiesti.
-Honeywell a gagné de nouveaux marchés en Hot press, notamment avec Renault (Dacia)la production a déjà commencée et d’autres aussi avec ww.
-2 lignes HP sont installées d’une capacité de 8 millions en 2014 ,pas encore de décision pour l’installation d’une 3 ème ligne HP.
il y a 68 salariés.

Barcelone :
En bonne progression,HOS, productivité etc.
Il n’y aura pas de hot press pour le moment, (ni dans le futur d’après les délégués allemand)
Nouvel accord d’entreprise la négo débute en Janvier (la flexibilité sera demandée par la direction)

Glinde:
Nouvel accord d’entreprise , la direction demande un changement de régime horaire pour 400 salariés de production avec travail le week-end , ils devraient travailler 21 jours de plus par an sans augmentation . ils ont refusé ce nouvel accord ,(manif devant l’usine) ce sera tranché devant une juridiction comme le prévoit leur législation , décision en Mars.
-une partie de l’engineering de Glinde sera transféré en Chine pour le marché chinois uniquement.
Bien sur il n’y a aucune autre fermeture de site de prévue, (nous posons cette questions tout les ans, la réponse a toujours été la même, mais il y’a quand même eu depuis Alcala et Condé)

En résumé Honeywell veut de la flexibilité partout et dit qu’il n’y aura pas d’embauche en Europe de l’ouest. L’inquiétude est grande chez nos collègues de Barcelone pour leur futur, ceux de Glinde ne sont guères plus optimiste mais à plus long terme et dans quelles conditions? quand à ceux de Ploiesti, on suppose que tout va bien pour eux car ils n ont pas de délégués représentant leur personnel!!

Le syndicat FO Fait à Condé le 2/02/2013

compte rendu de la réunion à la préfecture de Caen le 21 Décembre


La direction a présenté le bilan des reclassements depuis la signature du PSE, le préfet a dit que c’était insuffisant, que le compte n’y était pas.
Le préfet a donné le montant qu’Honeywell devra verser au titre de la revitalisation du bassin de Condé, cette somme s’élève à 4 smic par salarié licencié, soit un montant de 1 800 000 € auquel il faut déduire 150 000 € d’honoraires de BPI ! Qui va se charger de trouver (on l’espère) des solutions pour compenser les pertes d’emploi.
Il faut savoir que c’est une “négo” entre Honeywell et l’état et que le CE n’est pas consulté, il est juste informé.

Qu’est ce qu’une convention de revitalisation? depuis 2005, les entreprises de plus de 1000 salariés en Europe ont une obligation de reclassement et de revitalisation en cas de réduction des effectifs, elles doivent dépenser de l’argent pour revitaliser le territoire, c’est à dire qu’elles doivent faire en sorte que sur le bassin d’emploi soient récrés autant de poste que le nombre supprimé, cette convention sera signée mi Mars, de l’argent est également disponible au niveau de l’état pour soutenir la revitalisation. le maire de Condé a demandé à ce que le secteur de Condé soit déclaré en zone franche.

Le préfet a rappelé à Honeywell ses obligations en matière de dépollution du site et a demandé à la direction de créer des “chantiers solidaires” pour la déconstruction du site, c’est a dire de faire embaucher en priorité les salariés du site par les entreprises qui seront chargées de déconstruire.

Un point a été fait par le cabinet BPI sur la ré industrialisation, pour eux, 2 pistes sont intéressantes mais il n’y a toujours rien d’officiel , pour reprendre quelques mots de leur vocabulaire: ils creusent, font du ciblage, du maillage...en bref du vent et toujours rien de concret.


Le Syndicat FO Fait à Condé le 2/02/2013