Consultations de pages de la semaine précédente

vendredi 13 janvier 2012

Tract CGT

BOYCOTT !!!

Définition Wikipédia : Le boycott ou boycottage est le refus systématique de consommer les produits ou services d'une entreprise ou d'une nation.


La direction nous rabâche régulièrement que nous devons absolument livrer notre client et tenir nos engagements de production. Bon pourquoi pas … encore que !!!

Mais désormais, trop c’est trop : on nous demande d’encoller des aciers pour Glinde en vue de produire des plaquettes en process HP. Il ne s’agit plus d’essais de quelques dizaines d’aciers mais d’un début de production. Dernier exemple en date :

Ref Acier 840609B ( Armature S/T Glinde) besoin de 3000 à 4000 aciers.
Réveillons-nous !!!
Nous ne pouvons plus accepter que ce soit Condé qui fasse le boulot de Glinde !!!
Refusons ce type d’agissement !!! Qu’ils se démerdent !!!
Honeywell sait nous dire que nous avons des équipements obsolètes et bien que Glinde aille encoller ses aciers avec sa colle sur son propre process d’encollage de haute technologie !!!

Si vous subissez des pressions concernant l’encollage de ces produits n’hésitez pas à vous rapprocher de vos représentants syndicaux.

La CGT le 12/01/2012

lundi 9 janvier 2012

Note de Service

Condé, le 06 janvier 2012

AVIS AU PERSONNEL

Point sur l’état d’avancement de la procédure
d’information/consultation du CE sur le projet de réorganisation de notre société et ses conséquences sur l’emploi.
Attachés, dans la mesure du possible, à une démarche concertée avec les partenaires sociaux et comme nous vous en avions informés au cours des dernières semaines, nous avons proposé aux délégués syndicaux de nous rencontrer aujourd’hui pour évoquer les conditions d’ouverture des négociations portant sur le Livre I (mesures sociales d’accompagnement) et pour clarifier nos positions respectives sur la mise en oeuvre d’un accord de méthode.

Par cette méthode, nous souhaitions :
· prendre en compte les souhaits exprimés par de nombreux salariés ;

· élaborer un calendrier des consultations menées en parallèle sur le projet et les
mesures sociales en laissant plus de temps que la loi ne l’impose ;

· pouvoir organiser sans délai superflu l’ouverture d’un Point Information Conseil (PIC) animé par des professionnels pouvant, en toute confidentialité, répondre aux
questions que les uns et les autres peuvent se poser sur leur avenir professionnel ;

· permettre aux salariés qui trouveraient un emploi maintenant de pouvoir le prendre sans perdre le bénéfice des mesures sociales qui seraient adoptées ultérieurement dans le cadre du PSE.

Cette réunion, qui s’est tenue de 9h15 à 11h15, a permis à chaque participant d’exprimer ses vues et de clarifier sa position sur ces sujets. Elle s’est déroulée de manière constructive. La direction et les partenaires sociaux ont convenu de se revoir la semaine prochaine, respectivement le mardi 10 et le vendredi 13 janvier, pour poursuivre les discussions entamées aujourd’hui.

La Direction

vendredi 6 janvier 2012

Force Ouvriere


COMPTE RENDU DE LA REUNION
Ce jour, avait lieu une réunion avec la Direction avec pour objet :
Mise au point de nos positions respectives sur l’ouverture des négociations portant sur le livre 1

La Direction nous a précisé qu’il y avait deux façons pour ouvrir le livre 1.
-          Légal
-          Autrement

Mr Serisay précise qu’il y a trois points importants que l’on peut mettre dans un accord de Méthode et précise que celui-ci doit pouvoir aller plus loin que la loi:
-          Négo- méthodologie.
-          Négociation du calendrier
-         Moyens donnés aux partenaires sociaux.

La Direction a clairement annoncé qu’elle allait rentrer rapidement dans le livre 1 soit par la négociation ou par voie légale (avec ou sans les organisations syndicales).

La Direction souhaite pouvoir traiter rapidement les personnes qui seraient volontaires au départ et mettre en place un point conseil qui ne serait pas une cellule de reclassement afin d’informer les salariés sur leur droit en cas de départ !!!

La Direction serait ok pour inclure les organisations syndicales dans les futures négociations sur les plans de projets de ré industrialisation. D’ailleurs, Mr Serisay aurait reçu 4 appels d’entreprises extérieures qui correspondrait à 100 personnes de recasées (trop fort alors que les intérimaires dans la région ne trouvent pas de boulot) !!!!!!!!!!!!!

Si aucun accord n’est trouvé entre les organisations syndicales et la Direction dans les deux semaines à venir, celle-ci appliquera le code du travail dans l’application du livre 1.

 En conclusion, il est clair que la Direction souhaite et ouvrira le livre 1 quoiqu’il arrive car celle-ci est impatiente de voir partir les premiers volontaires et affaiblir un peu plus l’usine !!

Afin de communiquer avec le personnel, une réunion d’information aura lieu lundi de 13h30 à 14h30 comme la dernière dans le hall du centre technique (en dehors du temps de travail) et 21h30 pour l’équipe de nuit avec la présence des 3 organisations syndicales.

FO profite de ce tract pour condamner le nouveau retournement de vestes de certains superviseurs ou responsables de ligne qui se remettent à ‘emmerder’ le personnel (ca sent encore la prime pour certains !!!!) ; mais que ces gens là se méfient du retour de manivelles !!!!!!
Le Syndicat Force Ouvrière
Le 6 Janvier 2012










CE-CGC


           
Information au personnel

           Ce matin les organisations syndicales et la Direction se sont mises d’accord pour tenter de négocier un accord de méthodes.

           Qu’est ce qu’un accord de méthodes ?

           Un Accord de méthodes a pour but de définir de façon conjointe (entre Direction et Organisations Syndicales) une méthodologie dans la négociation portant sur le Livre I, tant en terme de mécanisme, de calendrier que de moyens que l’on se donne pour mener à bien la négociation du Livre I.

           L’objectif premier de la direction est de faciliter les départs volontaires.

           La prochaine réunion sur la mise en place de cet accord est planifiée à Mardi 10 Janvier.

           La Direction et les Organisations syndicales commenceront à proposer les éléments qu’ils veulent voir figurer dans cet accord de méthodes. Il ne s’agira en aucun cas de connaitre le contenu du Livre I.


           Les organisations syndicales vous invitent à une réunion d’informations et d’échanges dans le hall du centre technique sur l’avancement des diverses procédures :

Lundi 09 Janvier
13h30 à 14h00
14h00 à 14h30
                                                                                   
 Le 06 Janvier 2012

Une loi pour interdire « les licenciements boursiers »

http://pascalallizard.unblog.fr/2012/01/06/une-loi-pour-interdire-les-licenciements-boursiers/


Conformément à l’engagement pris devant les partenaires sociaux lors de nos précédentes rencontres, je viens d’intervenir par écrit auprès des parlementaires locaux  (Calvados et Orne) concernés par le bassin d’emploi Flers-Condé, ceci afin qu’ils engagent une proposition de loi visant à interdire les licenciements boursiers.
« Je tiens à attirer votre attention sur la situation très paradoxale, me semble-t-il, du groupe Honeywell qui a annoncé le 19 octobre dernier la fermeture de son usine de Condé-sur-Noireau.
Ce groupe international est extrêmement profitable. Sur le 3ème trimestre 2011, il a annoncé 900 millions de dollars de bénéfice. La rémunération annuelle de son dirigeant est proche des 20 millions de dollars.
 Cependant, depuis cinq ans, ce groupe n’investit plus sur Condé, ne forme plus ses personnels, ne développe plus de nouveaux produits et s’est même permis d’affecter la production de produits destinés à Condé-sur-Noireau sur d’autres sites européens.
 Les dirigeants nous expliquent désormais qu’il est bien malheureux que le site de Condé perde de l’argent et qu’ils sont ainsi obligés de fermer.  Invoquer sa propre turpitude me semble contraire au droit français.
Parallèlement à l’annonce de fermeture du site de Condé, Honeywell rendait publique la création d’une usine « low cost » en Roumanie pour des produits similaires à ceux de Condé.
De plus, Honeywell à Condé-sur-Noireau est l’un des très grands bénéficiaires de la suppression de la taxe professionnelle pour plusieurs dizaines de milliers d’euros par an. Il me semblait que cette économie fiscale aurait dû leur permettre d’investir localement. Je constate avec regret qu’elle leur servira à financer des licenciements…
 Par ailleurs, depuis plusieurs mois, des tribunaux et Cours d’Appel français produisent des jugements visant à annuler ou très sérieusement réformer des P.S.E. pour les groupes faisant des bénéfices. Il me semblerait justifié que le législateur s’empare de la jurisprudence et grave dans le marbre de la loi la restriction voire l’interdiction de ce qu’il est convenu d’appeler les licenciements boursiers.
En votre qualité de parlementaire, je vous serais reconnaissant de bien vouloir prendre l’initiative sur ce point. »

Pascal Allizard,
Vice-Président du Conseil Général du Calvados,
Maire de Condé-sur-Noireau

mercredi 4 janvier 2012

COMPTE RENDU DE LA REUNION DE CE DU 4 JANVIER 2012

Force Ouvrière

COMPTE RENDU DE LA REUNION DE CE DU 4 JANVIER 2012

Ce jour avait lieu une réunion avec pour objet :

_ Poursuite de la consultation du CE sur le projet de réorganisation de la société Honeywell Matériaux de Friction (articles L 2323-6 et s du code du travail) avec examen pour les nouveaux membres CE du chapitre 3 du Livre 2.

La réunion a été rapide car la Direction n’avait des réponses que pour 8 questions sur 20.Une nouvelle réunion aura lieu prochainement pour la continuité de l’analyse du livre 2 qui n’est que du ‘survol’ et du pipo !!!!.

Suite à cette réunion, les 3 organisations présentes (CGT, CGC et FO) ont demandés à la Direction une réunion afin de donner une position sur « les modalités et méthodologie des négociations portant sur le livre I demandée par la Direction ».

La réunion a coupé court, effectivement la Direction a levé le siège car elle refusait que les DS de chaque organisation soient accompagnés d’un invité comme prévoit le code du travail ou comme cela se passe depuis des années.

FO a rappelé l’article du code du travail que ne connaissait pas Mr Serisay stipulant ce droit mais malgré cela, celui-ci a refusé et a quitté la réunion accompagné de Mr Bourry.

Pour FO, cette attitude est scandaleuse et irrespectueuse vis-à-vis des syndicats et surtout du personnel du site.

Si la Direction véhicule que les syndicats ne sont pas à la hauteur des attentes des salariés, elle nous prouve que celle-ci est loin d’être à la hauteur elle aussi ; la seule différence est que la Direction (liquidateurs) n’en a rien à foutre de l’avenir des salariés contrairement à nous qui n’avons que ça en tête !!!!

Un courrier dénonçant cette attitude arrogante et indigne a été envoyé à l’inspection du travail, au ministère du travail et aux élus locaux !!!
FO profite de ce tract pour vous informer que nous avons demandé une réunion avec le Maire de Condé suites aux diverses annonces de celui-ci sur d’éventuels repreneurs dans la presse afin de faire le point !!!

Le Syndicat Force Ouvrière
Fait à Conde le 4 Janvier 2012

Les DS CGT HMF




A l’attention de Mathias Boury
Directeur Général

Condé, le 04 Janvier 2012

Monsieur,

Nous tenons à prendre acte du déroulement de la réunion de ce jour que vous avez unilatéralement interrompue avant même que nous ayons eu le temps de vous faire lecture du courrier que nous vous avons adressé en réponse à votre lettre du 21 décembre dernier.

En effet, nous nous sommes présentés à cette réunion accompagnés d’un invité, comme il est dans l’usage dans l’entreprise depuis de nombreuses années, et en tous cas bien avant votre arrivée comme celle de Monsieur SERIZAY.

Vous vous êtes aussitôt étonné de cette présence, que nous vous avons aussitôt expliquée en raison de l’usage en vigueur.

Monsieur SERIZAY n’a pas accepté cette réponse, et a demandé sur quel fondement légal nous nous fondions.

Nous avons maintenu notre réponse, en précisant qu’elle n’était pas contraire aux dispositions de l’article L.2232-17 du code du travail relatif à la composition des délégations syndicales lors des négociations d’entreprise.

Nous avons alors eu la surprise d’entendre Monsieur SERIZAY nous indiquer que la réunion de ce jour ne s’inscrivait pas dans un processus de négociation, en contradiction pourtant avec les termes de votre courrier du 21 décembre dernier ainsi qu’avec l’ordre du jour de celle-ci.

Puis, vous avez quitté la salle et interrompu la réunion.

Vous trouverez en pièce jointe le courrier que nous souhaitions lire, vous faisant part de notre attachement au dialogue social et de notre acceptation de l’engagement d’un processus de négociation.

L’attitude de la direction lors de la réunion de ce jour, que nous ne pouvons que déplorer, nous fait douter de la sincérité des engagements pris par HMF.

Cordialement


PJ – lettre des OS du 3.01.2012
Copie à Inspection du Travail (+ Ministère de l’industrie)

A l’attention de Mathias Boury

CGT
Le 03/01/2012


A l’attention de Mathias Boury
DG

Monsieur,

Nous accusons réception de la lettre que vous avez adressée aux délégués syndicaux le 21 décembre dernier.

Attachées comme la direction au dialogue social, et au bon déroulement des négociations annoncées, les organisations syndicales avaient pris soin d’indiquer, lors de la réunion de comité d’entreprise du 6 décembre, qu’aucune d’entre elles ne serait disponible pour une réunion au cours de la semaine 51 (19-25 décembre 2011).

Il nous parait donc particulièrement déloyal, après avoir pris « bonne note » de cette information (cf. le PV de CE de la réunion du 6 décembre), que la direction ait proposé d’organiser une réunion au cours précisément de cette semaine-là, à savoir le 20, et cela après avoir déjà, la semaine précédente, convoqué les OS la veille au soir (le 15) pour le lendemain matin (le 16).

La direction a ainsi convoqué les OS en connaissance de cause de leur indisponibilité, mais n’a fourni aucun document préalable sur un sujet aussi important que le projet de PSE.

Dans ces conditions, nous ne pouvons que regretter que, de manière à peine voilée, vous entendiez faire peser sur les organisations syndicales l’échec de futures négociations que vous peinez visiblement à ouvrir de manière loyale, en dépit des engagements pris, à notre demande, devant les plus hautes autorités.

En effet, nous vous rappelons que les organisations syndicales ont demandé, lors de la table ronde organisée le 8 décembre au ministère, l’ouverture d’une négociation sur un accord de méthode.

Dans notre esprit, et comme nous l’avons exprimé, cet accord doit porter sur l’ensemble du processus de consultation relatif au projet de fermeture du site de Condé-sur-Noireau, sans se limiter aux seules conséquences sociales et mesures d’accompagnement, et encore moins à la seule discussion du montant des indemnités.

Nous avons demandé, en gage de bonne foi de la volonté du groupe de trouver réellement des solutions de nature à sauvegarder de manière pérenne les emplois d’HMF, de surseoir à l’engagement de la procédure de consultation du CE sur le projet de PSE pendant la phase de recherche de solutions alternatives à la fermeture du site.

Nous n’avons reçu de votre part aucune réponse sur ce point, ce que nous ne pouvons que regretter.

Sous ces réserves, et dans le respect des prérogatives du CE, les organisations syndicales sont disposées à entamer une négociation avec la direction de l’entreprise, en présence d’interlocuteurs susceptibles d’engager le groupe, négociation qui ne saurait se limiter aux « Modalités et méthodologies des négociations portant sur le Livre I », dont votre courrier du 21 décembre aura eu au moins le mérite d’éclairer le caractère quelque peu sibyllin.

Cordialement

Les DS CGT Honeywell

CGT CE Extra du 04/01/2012

CGT

CE Extra du 04/01/2012

Ordre du jour : Poursuite de la consultation du CE sur le chapître 3 du Livre II ( Economique)

Aujourd’hui nous avons démarré à 09h15 le « survol » du chapître 3 qui porte sur la présentation de l’environnement des équipementiers automobiles et ses marchés. Nous parlons de survol car ce chapître de 20 pages a été balayé, selon les termes de la direction, en 1h30 top chrono. Mr Serizay, lors de débats et échanges sur ce chapître a trouvé de bon ton de rappeler que nous verrions plus tard la problématique plus particulièrement liée à Condé. Sans-doute n’allions nous pas assez vite pour lui ???

Les réponses aux questions supplémentaires posées et reformulées à la Direction le 14 Décembre, nous ont été transmises ce jour par écrit. Une réunion est prévue le Jeudi 12 Janvier à 11h00 pour commenter les réponses.

La réunion s’est déroulée dans un climat plus que tendu, du fait des remarques et interventions provocantes et à répétition de Mr Serizay qui supporte mal notre contre-argumentation. Nous pensons qu’il préfèrerait que l’on se taise et que l’on écoute sagement sans réagir.

Autre point vu après la réunion du CE :

Pour rappel et comme nous vous l’avions expliqué dans un tract, les DS ont dû décliner 2 invitations du 16 et 20 décembre dont l’ordre du jour était « Modalités et méthodologie concernant des négociations portant sur le Livre I » et leur avions demandé de proposer une nouvelle date en janvier. Malgré cela la Direction a envoyé un courrier le 21 Décembre, dans lequel il était demandé que les DS choisissent une des deux alternatives pour le 04 Janvier au plus tard :

1 – Un processus négocié ( accord de méthodes )
2 – Un processus à la seule initiative d’Honeywell MF

Les DS et leurs invités ont proposé à la direction de faire lecture de leur réponse en direct.
Mr Serizay a dénoncé la présence des invités, ne connaissant pas l’article du code du travail L2232-17 et n’a pas souhaité écouter les DS. Nous rappelons à Mr Serizay qu’à l’impossible nul n’est tenu, nous avons donc souhaité l’aider et nous lui avons lu l’article. La prestation de leur service juridique laisse apparemment à désirer !

Article L. 2232-17 - Code du Travail
(Ordonnance n° 2007-329 du 12 mars 2007)
Composition de la délégation syndicale
La délégation de chacune des organisations représentatives parties à des négociations dans l'entreprise comprend le délégué syndical de l'organisation dans l'entreprise ou, en cas de pluralité de délégués, au moins deux délégués syndicaux.
Chaque organisation peut compléter sa délégation par des salariés de l'entreprise, dont le nombre est fixé par accord entre l'employeur et l'ensemble des organisations mentionnées au premier alinéa. A défaut d'accord, le nombre de salariés qui complète la délégation est au plus égal, par délégation, à celui des délégués syndicaux de la délégation. Toutefois, dans les entreprises pourvues d'un seul délégué syndical, ce nombre peut être porté à deux.


Après lecture de cet article, la Direction considère toujours qu’il n’y a pas lieu qu’il y ait des invités considérant que l’ordre du jour « Modalités et méthodologie concernant des négociations portant sur le Livre I », ne fait pas appel à un processus négocié. Sur ce, Mrs Boury et Serizay ont quitté la salle.

Comme vous pouvez le voir, c’est un bel exemple d’une Direction qui prêche la volonté de maintenir un dialogue social et constructif dans leurs écrits, et qui en réunion fait l’inverse. Bravo à eux.

Notre courrier expliquant que nous souhaitions rester sur un processus négocié a finalement été envoyé à la Direction en recommandé et par mail ce jour.
La CGT